Maroc

Créateur d'emplois vital et représentant plus de 20 % des exportations totales du pays, le secteur du textile et de l'habillement joue un rôle important dans le développement du Maroc. La plupart du milliard d’articles de textile et de vêtements, qui sont produits chaque année au Maroc, sont destinés au marché européen voisin. Adopter des mesures susceptibles d'améliorer les performances environnementales et économiques de l'industrie marocaine du textile et de l'habillement profiterait donc à tous.

Dans le cadre du programme SwitchMed, l’ONUDI se concentrera au Maroc sur des actions susceptibles de développer la chaîne de valeur de l’industrie textile et de l’habillement en la rendant plus circulaire et moins polluante. En collaboration avec des marques mondiales, des experts internationaux clés, des parties prenantes locales et des acteurs de la chaîne de valeur textile marocaine, l’ONUDI travaillera au développement d’une infrastructure à même de valoriser les déchets textiles post-industriels et pré-consommation ; et renforcera les capacités locales pour contribuer à éliminer l’utilisation de produits chimiques dangereux dans la production textile. 

Développer des chaînes de valeur circulaires pour valoriser les déchets textiles

La demande mondiale de fibres de coton et de polyester provenant de sources durables est en augmentation et exige des sources d’approvisionnement alternatives pour être à même de la satisfaire. Les déchets de coupe, les pièces de vêtements défectueuses, les collections invendues et les produits classés de seconde qualité issus de la chaîne d’approvisionnement de l’habillement représentent une quantité importante de déchets, mais constituent également une ressource inexploitée qui pourrait répondre à la demande de l’industrie en fibres recyclées.

Le développement d’une chaîne de valeur qui peut intéresser tous les acteurs le long de cette chaîne, et faciliter la valorisation des déchets textiles en produits à valeur ajoutée, nécessite une cartographie complète des déchets et du savoir-faire de la chaîne de valeur locale. Avec des marques internationales de premier plan, des acteurs de l’industrie locale et le gouvernement, l’ONUDI renforce les capacités locales pour faciliter une classification appropriée, une collecte, un tri et un recyclage efficaces des textiles post-industriels et pré-consommation conformément aux spécifications du marché mondial.

Ce flux de travail prévoit les actions suivantes :

– Cartographie de l’écosystème des déchets textiles
– Analyse de scénarios et identification de modèles commerciaux
– Pilotes industriels et formation de l’expertise locale
– Identification de partenariats commerciaux pour des solutions technologiques circulaires
– Élaboration d’une feuille de route nationale pour la valorisation des déchets textiles

Développer des chaînes de valeur circulaires pour valoriser les déchets textiles

La demande mondiale de fibres de coton et de polyester provenant de sources durables est en augmentation et exige des sources d’approvisionnement alternatives pour être à même de la satisfaire. Les déchets de coupe, les pièces de vêtements défectueuses, les collections invendues et les produits classés de seconde qualité issus de la chaîne d’approvisionnement de l’habillement représentent une quantité importante de déchets, mais constituent également une ressource inexploitée qui pourrait répondre à la demande de l’industrie en fibres recyclées.

Le développement d’une chaîne de valeur qui peut intéresser tous les acteurs le long de cette chaîne, et faciliter la valorisation des déchets textiles en produits à valeur ajoutée, nécessite une cartographie complète des déchets et du savoir-faire de la chaîne de valeur locale. Avec des marques internationales de premier plan, des acteurs de l’industrie locale et le gouvernement, l’ONUDI renforce les capacités locales pour faciliter une classification appropriée, une collecte, un tri et un recyclage efficaces des textiles post-industriels et pré-consommation conformément aux spécifications du marché mondial.

Ce flux de travail prévoit les actions suivantes :

– Cartographie de l’écosystème des déchets textiles
– Analyse de scénarios et identification de modèles commerciaux
– Pilotes industriels et formation de l’expertise locale
– Identification de partenariats commerciaux pour des solutions technologiques circulaires
– Élaboration d’une feuille de route nationale pour la valorisation des déchets textiles

Divulgation de protocoles sur des produits chimiques plus sûrs dans la fabrication de textiles

La réduction de l'empreinte chimique dans l'industrie textile et du vêtement est une priorité du programme SwitchMed. Pour éliminer les produits chimiques dangereux de la chaîne d'approvisionnement textile et réduire les grandes quantités d'eau nécessaires à la fabrication des tissus, l'ONUDI collaborera avec la fondation ZDHC, des marques internationales et des parties prenantes locales pour renforcer les capacités locales pouvant garantir la conformité systémique aux principaux protocoles chimiques. Cela comprend la formation de l'expertise locale, la réalisation de démonstrations industrielles, le soutien à la certification des laboratoires locaux et le soutien à une adoption à grande échelle.

Ce flux de travail prévoit les actions suivantes :
- Sensibilisation au protocole sur les produits chimiques plus sûrs
- Renforcement des capacités des prestataires de services locaux
- Formation et pilotes industriels
- Partage des résultats et des pratiques
- Élaboration d'une feuille de route nationale pour une conformité aux produits chimiques plus sûrs

La réduction de l'empreinte chimique dans l'industrie textile et du vêtement est une priorité du programme SwitchMed. Pour éliminer les produits chimiques dangereux de la chaîne d'approvisionnement textile et réduire les grandes quantités d'eau nécessaires à la fabrication des tissus, l'ONUDI collaborera avec la fondation ZDHC, des marques internationales et des parties prenantes locales pour renforcer les capacités locales pouvant garantir la conformité systémique aux principaux protocoles chimiques. Cela comprend la formation de l'expertise locale, la réalisation de démonstrations industrielles, le soutien à la certification des laboratoires locaux et le soutien à une adoption à grande échelle.

Ce flux de travail prévoit les actions suivantes :
- Sensibilisation au protocole sur les produits chimiques plus sûrs
- Renforcement des capacités des prestataires de services locaux
- Formation et pilotes industriels
- Partage des résultats et des pratiques
- Élaboration d'une feuille de route nationale pour une conformité aux produits chimiques plus sûrs